Pourquoi favoriser les réseaux sociaux ?

Actualités
Publié le 14/02/2017

Le monde des informations a connu un grand bouleversement avec l’apparition d’Internet. Toutefois, le changement s’est encore amplifié avec l’avènement des réseaux sociaux qui commencent à supplanter les médias classiques en termes d’information.

L’interaction, point fort des réseaux sociaux

A notre époque actuelle, l’interaction est omniprésente durant les différentes émissions télévisées ou sur les ondes de radio. En effet, durant les programmes plus particulièrement ceux qui sont diffusés en directs, les particuliers peuvent directement intervenir pour faire passer leurs idées. Par exemple, durant son émission « Des Paroles et Des Actes » sur France 2, David Pujadas  encouragent ses fidèles spectateurs à interagir fréquemment tout au long de l’émission. Ces derniers auront l’opportunité de commenter et de participer à l’émission tout en visionnant l’émission sur leur canapé. Communément appelés Tweets, cette technique a pris la place des interventions téléphoniques qui étaient utilisés auparavant. 

L’instantanéité est  au rendez-vous

Grâce aux réseaux sociaux dont les plus célèbres sont Facebook, Twitter ou encore Snapchat, les particuliers ont la chance de suivre en direct les différents évènements marquants dans les divers endroits sans qu’ils soient obligés d’être présents physiquement. C’est ce rapport d’instantanéité qui fait la force des réseaux sociaux. De ce fait, les professionnels des audiovisuels sont obligés de s’adapter à cette tendance novatrice. Grâce aux réseaux sociaux, les informations ne sont plus monopolisées par les professionnels du journalisme. En effet, n’importe qui du moment qu’il soit témoin d’un fait peut le partager avec le reste du monde à travers les réseaux sociaux. Il n’est pas étonnant actuellement de voir des journalistes confirmés qui s’informent quotidiennement sur les réseaux sociaux. En 2016, une des ministres du gouvernement français de l’époque a publié un communiqué sur Twitter préalablement pour ensuite effectuer une déclaration devant les médias. Bref, les médias classiques ne sont plus les seuls moyens pour informer ou influencer l’opinion publique.