Après l’annonce du couvre-feu, de nombreux mariages à nouveau reportés

Famille
Publié le 30/10/2020

Pendant le confinement, des milliers de mariages avaient été reportés. Les plus prudents avaient alors décidé de repousser leur mariage d’un an au moins. Certains l’avaient seulement repoussé de quelques mois. Résultat, avec la mise en place du couvre-feu, les mariages prenant place dans des salles publiques sont interdits sur toute la France. Au grand désespoir du secteur et des futurs jeunes mariés, beaucoup de cérémonies seront à nouveau repoussées.

Un coût important pour les mariés et leurs familles

La décision du gouvernement a fait grincer des dents. Même dans les zones qui ne subissent pas un couvre-feu à partir du samedi 17 octobre, tous les mariages célébrés dans des lieux publics sont interdits. Ceux qui seraient célébrés dans des lieux privés dans une zone où le couvre-feu sera appliqué devront se terminer à 21 h. Autant dire que les mariages dans les prochains mois seront annulés.

Au-delà de la déception des futurs jeunes mariés, c’est aussi le poids financier d’une telle situation qui énerve. Organiser un mariage jusque dans ses plus infimes détails coûte cher. En plus il faut tout refaire à chaque fois, comme personnaliser un faire-part de mariage exige évidemment de recommencer lorsque la date est modifiée. Pour certains jeunes mariés, ces nouvelles restrictions impliquent de repousser une seconde fois la cérémonie !

Les prestataires du secteur sont écœurés

Parmi les secteurs d’activité qui avaient beaucoup souffert de la crise du coronavirus et du confinement, celui de l’organisation des mariages compte évidemment parmi les premiers. Non seulement l’activité a sombré pendant plusieurs mois, mais elle a également eu du mal à reprendre ensuite. Les mariages reportés sont venus s’ajouter aux mariages déjà planifiés. La logistique est devenue plus compliquée et les coûts ont augmenté.

Résultat, quand le gouvernement a annoncé ces nouvelles mesures, les prestataires du secteur ont été écœurés de découvrir qu’ils avaient une fois de plus été si peu considérés. Certes, des aides sont prévues pour les semaines et les mois à venir, mais l’avenir de la profession et du secteur est extrêmement incertain désormais. Difficile d’avancer sereinement dans de pareilles circonstances.

Des aides et des assurances sont-elles prévues ?

Pour les jeunes mariés, rien n’est vraiment prévu. Les coûts supplémentaires entraînés par ces annulations forcées ne seront pas pris en charge par l’État. Ceux qui ont voulu reporter leur mariage le plus vite possible s’en mordent désormais les doigts.

Bien sûr, certains prestataires remboursent les frais du mariage annulé ou déplacé. Cependant, l’argent dépensé ne peut pas être récupéré (par exemple pour les faire-part, les dragées, etc.). Les aides que les entreprises qui organisent les mariages toucheront ont pour objectif de leur éviter la faillite, pas de les aider à rembourser les clients déçus.